Petit guide pour mieux comprendre le métier de couvreur

Rédigé par undergseo - - Aucun commentaire

L’été est à son comble, vous avez besoin d’air et de fraicheur. Et puis cela vous fait penser que votre toiture a aussi besoin d’être rafraichie, elle aussi. Construire, rénover, isoler toutes ces perspectives s’offre à vous pour améliorer votre bien immobilier. Cependant, pour un rendu personnel et conforme à vos souhaits faites appel à un couvreur. Il saura vous guider tout au long de votre projet. Toutefois, on est souvent confronté à une déception, une fois les travaux finis, ils ne sont pas réellement comme on les a imaginés. Alors, on a mis en point ce petit guide sur les couvreurs pour vous aider à mieux exprimer vos attentes face au professionnel de la toiture.

Pour mieux comprendre les jargons des couvreurs

Vous essayez de suivre les travaux effectués sur votre toit. Votre couvreur vous parle de liteau, d’abrègement, de chéneau… Pour vous, le couvreur débite des paroles qui n’ont aucun sens. Pas de panique, nous vous offrons ici une explication simplifiée de quelques termes.

Commençons par le liteau, le liteau est un composant de la charpente. C’est sur lui que la couverture sera déposée. Puis, il y a l’abrègement qui consiste à étancher une surface particulière sur la toiture. Son utilisation est donc nécessaire pour assurer l’étanchéité de la toiture.

Après vous vous demandez sur l’utilité d’un écran de sous-toiture. Eh bien, c’est une feuille placée entre la charpente et la couverture et elle garantit l’imperméabilité de votre maison en cas d’infiltration ou de fuite d’eau. Le chéneau, la gouttière pour les profanes constituent un élément important pour une toiture. Effectivement, elle récupère les eaux de pluie et empêche ainsi l’infiltration des eaux.

Comment choisir les matériaux de sa couverture ?

Les matériaux pour la couverture offrent une large gamme de choix. Toutefois, avant de jeter son dévolu sur un matériau en particulier, il est nécessaire de prendre en compte quelques dispositions. En effet, dans certaines régions le choix de la couverture est réglementé par le plan local d’urbanisme. Puis, un matériau peut être plus résistant que d’autres.

De ce fait, s’informer est alors nécessaire avant d’entreprendre tous travaux. Par exemple, la couverture en ardoise, bien que plus chère, elle est réputée pour sa résistance. En effet, l’ardoise peut être utilisée durant plus de 50 ans sans qu’elle perde son étanchéité. Seulement ce matériau est si fragile que sa manipulation nécessite le savoir-faire d’un professionnel tel que ce couvreur dans le 28.

Outre cela, dans certains cas, les toitures jouent un rôle dans l’identité culturelle d’un territoire. Si l’on prend le cas de la tuile, la couverture la plus utilisée en France. Produite localement, elle entretient un paysage pittoresque d’un territoire. Par ailleurs, pour choisir sa couverture, il ne faut pas se limiter à la résistance ou à l’aspect culturel du matériau parce que certains des matériaux requièrent un entretien régulier.

Alors, si vous êtes souvent occupé ou n’est pas disposé à effectuer des entretiens fréquents, opter pour la couverture en métal notamment le zinc. Certainement, en plus d’être très résistant il est le moins enclin au dépôt des mousses. Contrairement au métal, la couverture en chaume, certes plus esthétique et naturel, son utilisation nécessite des entretiens continus.

En termes de budget, la couverture en shingle est le plus accessible sur le marché. Effectivement, il est le moins cher de tous les matériaux de couverture. Cependant, il n’est pas très résistant donc à changer tous les 25 Ans. Mais pour un choix écologique, le matériau en végétal est la nouvelle couverture répondant aux normes écologiques actuelles. De plus, il est résistant et il est équipé de système qui régularise la température. Le seul hic c’est qu’il est très lourd. Même si ces informations pourront vous aider à mieux choisir, l’avis d’un couvreur professionnel pourrait mieux vous orienter.

Classé dans : Maison - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot jpqom ? :