Comment tester votre nouveau matelas ?

Rédigé par Valentina - - Aucun commentaire

Parmi les composants incontournables de la literie, figure le matelas. Cet accessoire dispose de nombreux avantages dont le confort, la durabilité et la praticité. Vous pouvez le retrouver sous de multiples formes. De ce fait, il convient de prendre en considération plusieurs critères de sélection. Si vous souhaitez contrôler le matelas, vous devez savoir comment vous y prendre. Voici quelques astuces pour tester votre nouveau couchage.


Vérifiez les dimensions de fabrication

Lorsque vous faites un achat matelas, certains fabricants vous permettent de l’examiner sur le point de vente. D’autres vous offrent un délai pour le contrôler à domicile. Ainsi, en cas de problèmes, vous avez la possibilité de le changer. Pour le test du matelas, il est nécessaire de s'appesantir sur certains points. C’est le cas notamment de la prise des dimensions.

Les grandeurs de base

Le matelas possède de multiples mesures. Au rang de ces dernières, se trouvent les mesures basiques. Pour prendre ces dimensions, il est impératif de se servir d’un instrument de mesure. Préférez utiliser un ruban-mètre souple. Placez l’une de ses extrémités sur la tête du matelas et déroulez le ruban jusqu’à la tête. Ici, vous allez noter la valeur de la longueur.

Une fois que c’est fait, placez le mètre sur l’un des bords de la largeur et étendez-le pour l’autre bord. Vous prendrez ici la mesure de la largeur. Par ailleurs, lorsque vous relevez ces données de base, considérez une marge de deux centimètres. Elle vous permet de corriger le biais pouvant exister entre les valeurs.

L’épaisseur

L’épaisseur fait partie des mesures à vérifier au niveau de votre nouveau matelas. Pour sa mesure, vous utiliserez aussi le ruban-mètre. Mettez-le verticalement sur l'un des côtés de la couchette et relevez la valeur de la hauteur affichée. Prenez également la mesure de l'épaisseur au niveau de l'autre côté du matelas en faisant les mêmes gestes.

La densité

Pour tester la qualité de votre nouveau matelas, attardez-vous aussi sur la prise de mesure de la variable densité. Elle dépend du poids du matériau de fabrication et du volume. Vous trouverez donc des matelas de 30 à 50 kg/m3 et 60 à 95 kg/m3. Outre ces éléments, la densité varie en fonction d’autres facteurs tels que le matériau utilisé pour la fabrication du matelas.

Examinez correctement la fermeté de votre nouvelle couchette

Essayer un matelas est conditionné par la vérification de sa fermeté. Pour ce faire, adoptez vos positions habituelles pour dormir sur la couchette. Cependant, préférez celle sur le dos afin d’observer le relâchement de vos muscles. Si vous préférez un équipement peu profond, dans ce cas, optez pour une couchette plutôt ferme.

Néanmoins, elle ne doit pas non plus être ultra ferme. Vous pouvez vérifier ce paramètre en faisant passer votre main entre votre colonne vertébrale et le matelas. Si vous y arrivez en toute simplicité et facilité, sachez que le matelas est trop ferme. À ce niveau, n’hésitez pas à recourir à un matelas véritablement souple. D’un autre côté, la fermeté du matelas est déterminée suivant la corpulence de l’utilisateur.

Outre la fermeté, vous avez aussi la possibilité de vérifier le confort en essayant votre nouveau matelas. La bonne couchette est celle qui détend votre corps et vous borde parfaitement. Ici, reprenez les gestes adoptés dans le cas de la fermeté. Étendez-vous sur le couchage à tester tout en fermant les yeux et observez le mouvement de vos muscles. Si ces derniers se relâchent, vous pouvez choisir ce matelas.

Contrôlez l’aération du matelas

L’aération du matelas dépend de nombreuses variables. La plus remarquable dans le lot est le garnissage. En effet, la couchette résiste à l’humidité suivant les matériaux de fabrication (latex ou mousse). Toutefois, pour optimiser l’aération de votre matelas, n’hésitez pas à prendre des mesures de ventilation dans votre maison.

Classé dans : Maison - Mots clés : aucun

Ce qu’il y a à savoir sur le béton drainant

Rédigé par Valentina - - Aucun commentaire

Le béton perméable est un type particulier de béton qui a des impacts positifs sur l'environnement et qui est également économiquement avantageux. Si vous souhaitez bénéficier de l'utilisation du béton perméable pour votre prochain projet de béton, voici ce que vous devez savoir sur ce type de béton et pourquoi c'est un choix plus vert et plus économique.


Le béton drainant en quelques mots

Le béton drainant est un excellent moyen de rendre votre projet plus vert et plus durable sur le plan environnemental. Cette forme de béton capte les eaux pluviales. Au lieu de les canaliser dans le caniveau, permet à l'eau de s'infiltrer dans le sol et contribue ainsi à recharger la nappe phréatique.  

Semblable au béton ordinaire, les entrepreneurs en béton fabriquent du béton perméable en mélangeant du ciment, des granulats grossiers et de l'eau. Mais ce mélange de béton ne contient généralement pas de granulats fins tels que du sable ou de l'argile, et lorsqu'il en contient, il n'en contient qu'une petite quantité.

Le béton drainant est généralement utilisé dans les zones à faible trafic, les aires de stationnement, les allées piétonnes et les serres. Le béton poreux est livré sur le chantier dans des camions de béton prêt à l'emploi et placé dans des coffrages standards. Une fois mis en place, les entrepreneurs en béton utiliseront une chape mécanique vibrante pour niveler le béton. Ensuite, ils compacteront le béton pour une plus grande résistance à l'aide d'un rouleau en acier lourd.

Où le béton drainant est-il utilisé ?

Le béton drainant est utilisé pour les programmes municipaux de gestion des eaux pluviales et les applications de développement privé dans de nombreux pays aujourd’hui. Le contrôle du volume et du débit des eaux de ruissellement, ainsi que la réduction des polluants, permettent aux municipalités d'améliorer la qualité des rejets d'eaux pluviales.

Les développements publics et privés ont utilisé du béton perméable, qui est une surface naturellement plus brillante que l'asphalte traditionnel. Cela est dans le but de réduire les besoins d'éclairage et augmenter la sécurité nocturne.

Les propriétaires utilisent du béton perméable pour les allées, les trottoirs, les terrasses de piscine et les patios afin d'éliminer les flaques d'eau, de prévenir l'érosion et d'économiser les frais de raccordement aux réseaux d'égouts pluviaux locaux.

Pourquoi est-il utilisé ?

Le béton perméable est utilisé pour retenir les eaux pluviales, reconstituer les nappes phréatiques et les aquifères et réduire les inondations. Il peut absorber l'eau de pluie à un taux de 11 à 15 litres par mètre carré. L'eau de pluie peut être stockée dans une couche de gravier sous la chaussée ou s'infiltrer dans le sol en dessous.

Ce processus de filtration purifie l'eau de pluie en décomposant les polluants et les produits chimiques avec des bactéries aérobies dans les vides. Ces polluants comprennent les métaux lourds, les hydrocarbures, la saleté et les débris. Le processus de filtration empêche également l'eau de pluie de s'accumuler et de provoquer l'érosion et la pollution des écosystèmes voisins. Les propriétaires utilisent également du béton perméable pour leurs allées afin d'éviter la formation de flaques d'eau, de prévenir l'érosion et d'économiser sur les coûts de raccordement aux réseaux d'égouts pluviaux locaux.

Classé dans : Maison - Mots clés : aucun

Installation d’une chaudière

Rédigé par Valentina - - Aucun commentaire

Vous souhaitez installer une chaudière chez vous ? Retrouvez toutes nos astuces dans cet article : comment choisir votre modèle, les étapes de l'installation d’une chaudière, ainsi que les alternatives possibles !


Tout savoir sur la chaudière

Quels sont les différents types de chaudière ?

Si vous souhaitez faire installer une chaudière, un vaste choix s’offre à vous. En effet, il existe de nombreux types de chaudières, toutes ayant leurs caractéristiques propres, leurs avantages et inconvénients.

Voici une liste de ces différentes chaudières :

  • les chaudières électriques : bien que peu coûteuses à l’achat, elles entraînent généralement une hausse de votre consommation énergétique ;
  • les chaudières au gaz : les chaudières au gaz peuvent consommer du biogaz, ce qui est un point avantageux pour réduire votre empreinte carbone. Se doter d’une chaudière au gaz est un investissement de départ important, qui sera toutefois vite amorti sur le long terme. Attention, pensez à vérifier que votre logement soit relié au réseau de la ville, sans quoi il vous faudra stocker votre énergie !
  • les chaudières au bois : la chaudière au bois ou à granulé est l’un des moyens de chauffage les plus recommandés dans le cadre de la transition énergétique. C’est pourquoi ils sont éligibles aux primes énergies, afin d’amortir leur coût de départ conséquent. En plus d’être écologique, le bois est l’énergie la moins chère : vous ferez donc d’importantes économies d’énergie en adoptant cette chaudière !

Pour une chaudière performante, il vous est également possible d’opter pour une chaudière à basse température, qui présente un rendement supérieur à 90%, ou une chaudière à condensation, peu énergivore et particulièrement performante !

Combien coûte la pose d’une chaudière ?

Le coût d’une chaudière comprend le prix d’achat, ainsi que les travaux d’installation de cette chaudière. Ce montant varie en fonction du type de chaudière pour lequel vous avez opté. Il est toutefois compris entre 500 et 1500€ hors taxes.

Les artisans spécialisés dans l’installation d’une chaudière bénéficient d’un marché libre pour fixer leurs propres prix : n’hésitez donc pas à faire faire plusieurs devis pour obtenir le meilleur rapport qualité prix.

Qui peut installer une chaudière ?

Pour installer une chaudière facilement chez soi, il est recommandé de faire appel à un professionnel chauffagiste : cela vous assurera une installation en toute sécurité, aspect de votre chaudière qu’il ne faut pas négliger. De plus, vous pourrez bénéficier d’une garantie si votre chaudière tombe en panne ou est victime d’un dysfonctionnement.

Faire appel à un professionnel certifié vous donne également accès à certaines primes énergies, telles qu’un crédit d’impôt de 30% ou l’éco-prime. Des aides financières qui vous aideront à amortir l’installation de votre chaudière !

Les étapes de l’installation d’une chaudière

Bien choisir sa chaudière

Pour bien choisir sa chaudière, il est important de prendre certains critères en compte :

  • superficie de votre logement : plus elle est grande, plus votre chaudière doit être puissante ;
  • le nombre de points d’eau dans votre logement (évier, douche, baignoire) ;
  • le nombre d’habitants : cela impacte en effet vos besoins énergétiques ;
  • l’emplacement idéal pour votre chaudière : l’installation de votre chaudière peut être murale ou au sol.

La pose de votre chaudière

Une fois le modèle de votre chaudière choisi, l’installation peut avoir lieu ! Elle se fait en plusieurs étapes :

  • le raccordement de votre équipement (gaz, électricité) ;
  • le raccordement à l’eau chaude et à l’eau froide ;
  • le raccordement des vidanges ;
  • le raccordement au conduit d’évacuation des fumées ;
  • la mise en eau de votre chaudière ;
  • la mise en service de votre installation.

Quelles sont les alternatives à la chaudière ?

Le poêle à bois

Bien que le poêle à bois ne permette pas de chauffer l’intégralité de votre logement, il reste un système de chauffage particulièrement intéressant si vous souhaitez réduire votre pollution et vos dépenses énergétiques.

Si vous ne disposez pas de stockage suffisant pour vos bûches, il est toujours possible d’opter pour un poêle utilisant des granulés.

La pompe à chaleur, économique et écologique

La pompe à chaleur (PAC) est l’une des alternatives les plus écologiques et économiques recommandées dans le cadre de la RE 2020. Qu’il s’agisse d’une PAC air/air, air/eau ou à chaleur géothermique, elle présente un rendement particulièrement intéressant, pour un prix d’achat relativement élevé, mais vite amorti.

Pour découvrir les pompes à chaleur : https://www.pompe-chaleur.org/.

Classé dans : Maison - Mots clés : aucun

Tout savoir sur le mobilier évolutif pour la chambre de bébé

Rédigé par Valentina - - Aucun commentaire

Ceux qui sont déjà parents savent que les dépenses pour le bébé occupent une part importante du budget du ménage. Des jouets aux vêtements, en passant par les différents accessoires de puériculture, il faut penser à se rééquiper tous les ans, car l’enfant grandit. Face à cela, le mobilier évolutif peut vous être d’une grande aide. 


Qu’est-ce qu’un mobilier évolutif ? 

Pour aider les jeunes parents, les proches leur offrent un cadeau bébé pratique qui soulage leur budget : gigoteuses, ensembles, poussettes, etc. Si vous voulez offrir un lit ou un autre meuble, le mobilier évolutif constitue une excellente idée. 

Un mobilier évolutif est un meuble qui peut être modifié en manipulant ces différents éléments. Cette modularité est prévue afin d’agrandir la taille du mobilier ou de lui donner une nouvelle fonctionnalité lorsque le besoin se présente. C’est pour cette raison qu’on le décrit comme « évolutif » : il évolue pour accompagner la croissance du bébé. 

Quels sont les types de mobilier évolutif ? 

Un mobilier évolutif peut être transformé de plusieurs manières. 

Le mobilier à la taille ajustable 

Comme son nom l’indique, vous pouvez agrandir ou réduire la taille d’un tel meuble. C’est le cas d’un couchage dont les dimensions sont étirables pour s’adapter à la taille du dormeur. Ainsi, un berceau pour nourrisson peut se transformer en un lit pour enfant, voire pour un adolescent.  

Le mobilier modulable 

C’est un mobilier composé de quelques modules ayant chacun sa propre fonctionnalité. C’est le cas d’un berceau équipé d’un espace de rangement et d’une table à langer. 

Le mobilier qui se transforme en un autre

C’est un meuble qui peut présenter d’autres fonctionnalités une fois que certaines pièces sont déplacées. C’est le cas par exemple d’une chaise haute qui se transforme en chaise classique lorsque le harnais est enlevé et la hauteur de l’assise réglée. C’est aussi le cas d’un berceau qui se transforme en banquette pour adolescent. 

Quels sont les avantages d’un mobilier évolutif ?  

Le mobilier évolutif offre de nombreux avantages aux parents et aussi aux enfants. 

Avantage économique 

L’achat d’un meuble évolutif permet d’économiser en évitant les achats successifs d’un même type d’objets. Vous pouvez économiser de deux manières différentes : 

  • En achetant un lit évolutif, vous évitez de devoir acheter de nouveaux lits 2 à 3 fois jusqu’à l’adolescence de votre enfant. 
  • Au lieu d’acheter séparément une table à langer, une petite commode et un berceau, vous n’achetez qu’un seul mobilier qui combine les 3 fonctionnalités. 

Avantage pratique

Un mobilier évolutif est à la fois pratique et ergonomique. Le berceau avec table à langer et rangement est fonctionnel, car il permet aux parents : 

  • d’accéder facilement aux vêtements et aux accessoires (couches, etc.) du bébé, 
  • de langer l’enfant au même endroit, 
  • de le remettre dans le berceau. 

Les gestes sont optimisés et on gagne du temps. Cela permet de ne pas laisser le nourrisson à l’air pendant longtemps. Cela évite à la maman des maux de dos, car tout est accessible à la bonne hauteur. 

Avantage esthétique 

Les mobiliers évolutifs permettent d’aménager une jolie chambre de bébé selon votre style de décoration préféré. La modularité des meubles permet également de changer de style au fil des ans, surtout quand l’enfant grandit et réclame un changement. 

Avantage écologique 

Grâce à son adaptabilité, le mobilier évolutif dispose d’une durée de vie rallongée de plusieurs années. Ce qui constitue un avantage considérable pour la préservation des ressources. 

Quels sont les critères pour choisir un mobilier évolutif ? 

La santé, la sécurité et le confort du bébé doivent être au centre de votre préoccupation lorsque vous aménagez sa chambre. Le cadeau de naissance et tout ce qu’on offre au bébé vont dans ce sens : assurer le bien-être de l’enfant. Voici les points à respecter pour le choix de votre mobilier évolutif. 

Un mobilier sain et naturel 

Optez pour le bois massif, un matériau naturel chaleureux, contrairement au métal qui est froid. Le bébé peut aussi mordiller son lit pour soulager ses gencives irritées en cas de poussées de dents. Là encore, le bois est la matière la moins dangereuse pour votre bout de chou. 

Vérifiez les types de peintures utilisés par les fabricants pour la finition du mobilier. Évitez les peintures et les vernis contenant du COV (composés organiques volatils) dont les émanations sont dangereuses pour le bébé. 

Un mobilier confortable

Le confort des meubles et des accessoires pour bébé est un point important. Aussi, ne vous concentrez pas uniquement sur la modularité du mobilier. Vérifiez si ce dernier apporte un confort optimal pour votre bout de chou.

Un mobilier solide et fiable 

Un mobilier évolutif comporte des éléments détachables ou modifiables. Mais l’amovibilité de ces pièces ne doit en aucun cas compromettre la sécurité du bébé. L’enfant, lorsqu’il atteint l’âge de 2 à 4 ans, ne doit pas accéder à la modification du mobilier pour éviter les accidents. 

Pour un véritable meuble qui dure, il faut que celui-ci soit solide, de préférence fabriqué en bois massif. Ainsi, malgré les transformations du mobilier, et même avec les enfants qui jouent dessus, il restera debout pour longtemps.

Voilà les informations essentielles concernant un mobilier évolutif pour votre enfant. Ces informations peuvent vous aider à aménager une chambre d’enfant répondant à vos besoins.

Classé dans : Maison - Mots clés : aucun

Guide d'achat des interrupteurs à détecteur de mouvement

Rédigé par Valentina - - Aucun commentaire

Un interrupteur à détecteur de mouvement contrôle automatiquement la lumière pour vous lorsque le détecteur de mouvement détecte des personnes ou des mouvements. L'utilisation d'un interrupteur à détecteur de mouvement permet d'économiser beaucoup d'électricité et d'adopter un mode de vie intelligent et écologique.


Il existe plusieurs interrupteurs à détecteur sur le marché, avec des technologies, des fonctions et des applications spécifiques différentes. Nous avons rédigé ce guide pour vous aider à choisir les meilleurs interrupteurs à détecteur de mouvement pour votre maison et vos bureaux.

Pourquoi utiliser un interrupteur à détecteur de mouvement ?

Si vous lisez ce guide, il est possible que vous souhaitiez déjà acheter un interrupteur à détecteur de mouvement ou que vous soyez prêt à le faire. Nous sommes tous conscients que l'utilisation d'un interrupteur à détecteur de mouvement peut réduire le gaspillage d'énergie et diminuer votre facture d'électricité, mais un interrupteur à détecteur de mouvement peut vous apporter bien plus que vous ne l'imaginez par rapport à un interrupteur ordinaire.

Voici quelques avantages majeurs de l'utilisation d'un interrupteur d'éclairage à détection.

Économiser l'énergie et réduire le gaspillage d'électricité

Il est évident qu'une lampe activée par le mouvement peut économiser plus d'énergie qu'une lampe manuelle, mais combien d'énergie les interrupteurs à détecteur de mouvement peuvent-ils effectivement économiser ?

Les interrupteurs à détecteur de mouvement peuvent économiser jusqu'à 60 % d'énergie dans les buanderies domestiques.

Selon les spécialites, les stratégies basées sur l'occupation (interrupteurs à détecteur d'occupation et à détecteur de vacance) permettent de réaliser des économies d'énergie moyennes de 24 % sur l'éclairage.

Selon l'Agence américaine de protection de l'environnement, en utilisant des stratégies d'extinction automatique et programmée comme les interrupteurs à détecteur de mouvement, les économies d'énergie peuvent aller de 40 à 46 % dans les salles de classe, de 13 à 50 % dans les bureaux privés, de 30 à 90 % dans les toilettes, de 22 à 65 % dans les salles de conférence, de 30 à 80 % dans les couloirs et de 45 à 80 % dans les zones de stockage.

En moyenne, les interrupteurs à détecteur de mouvement permettent d'économiser 30 à 60 % de l'énergie d'éclairage dans les applications résidentielles et commerciales, certains pouvant même atteindre 80 % d'économie d'énergie.

Pour avoir plus de renseignements, n’hésitez pas à contacter un SOS electricien Paris 16eme.

Durée de vie plus longue des lampes à DEL

Comme tous les produits électroniques, beaucoup d'entre nous se demanderont si le fait d'allumer et d'éteindre fréquemment la lumière ne risque pas d'endommager sa durée de vie plutôt que de l'allonger en réduisant ses heures de fonctionnement.

La question de savoir si l'allumage et l'extinction répétés de la lumière l'endommagent dépend du type d'ampoule que vous utilisez. Le fait d'allumer et d'éteindre fréquemment donne des résultats différents pour les ampoules à incandescence et les ampoules halogènes, les ampoules fluorescentes et les lampes à DEL.

Quand faut-il éteindre vos luminaires ?

  • Il est préférable d'éteindre les ampoules à incandescence et les ampoules halogènes lorsqu'elles ne sont pas nécessaires en raison de leur forte consommation d'électricité.
  • Pour une ampoule fluorescente compacte, une règle empirique consiste à la laisser allumer si vous quittez une pièce pendant 15 minutes ou moins (en fonction de plusieurs facteurs).
  • Dans le cas d'un éclairage LED, la durée de vie n'est pas affectée par le fait de l'allumer et de l'éteindre.

Avec ces conclusions en tête, creusons le fonctionnement théorique de ces lumières pour mieux comprendre.

Les lampes halogènes, à incandescence et fluorescentes utilisent toutes des filaments de tungstène qui chauffent et émettent des électrons par émission thermoélectrique.

En gros, un interrupteur bimétallique chauffe et s'ouvre périodiquement, ce qui provoque l'effondrement du champ magnétique généré par le ballast et libère une impulsion inductive dans le tube.

Si l'impulsion n'est pas assez forte, il n'y aura pas assez d'électrons pour soutenir le circuit dans le tube et la lumière vacillera. La lumière ne sera maintenue que si le champ magnétique est fort au moment où il s'effondre.

Classé dans : Maison - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles de cette catégorie